Julia Cagé : le prix de la démocratie

2 minutes de lecture

On connaissait le « cens caché » de Daniel Gaxie, ou la théorie des « partis cartels » de Katz et Mair. Avec le dernier livre « Le Prix de la Démocratie » de Julia Cagé, on connaît maintenant le prix du vote : 32€.

Au-delà de ce chiffre, la thèse centrale du livre est que le système de financement des partis politiques en France contribue à favoriser les français les plus riches. Les plus aisés donnent ainsi davantage, et par le biais des réductions d’impôts, les dons se trouvent ainsi remboursés à hauteur de 66%. Pour un don de 6 000€, une personne déboursera en réalité 2040€. Alors qu’une personne plus pauvre et qui ne paie pas l’impôt sur le revenu, et ne bénéficie donc pas d’une réduction, paiera son don totalement.

« En 2016, l’Etat a dépensé 29 millions d’euros en réduction d’impôt associées aux seuls dons aux partis pour les 10% les plus riches, soit plus de 21 fois ce qu’il a dépensé pour la moitié la moins aisée des contribuables. Et il a dépensé autant pour les seuls 0,01% des Français les plus aisés que pour l’ensemble de cette moitié la plus défavorisée. »

Ce mode de financement fait donc payer par les plus défavorisés les choix politiques des plus aisés.

Pour répondre à ce défi démocratique, l’économiste propose 3 pistes :

  1. La mise en place de « bons pour l’égalité démocratique », où chaque français dispose de 7€ par an à allouer au parti politique de son choix. Ce parti doit récolter au moins 1% des bons des citoyens pour bénéficier d’un financement public.
  2. La limitation des dons individuels à 200€ par citoyen, avec la suppression des exonérations fiscales
  3. L’élection à la proportionnelle d’un tiers des sièges de l’Assemblée Nationale « sur des listes représentatives de la réalité socioprofessionnelle de la population ».

Au-delà de ces quelques idées et du panorama français, c’est un livre documenté avec de nombreux chiffres et comparaisons internationales. L’auteure revient notamment sur les cas américains, anglais, brésilien, allemand ou italien, mais également sur des problématiques liées à la philanthropie ou des questions liées aux think tanks et fondations politiques de toute obédience. A lire donc !

Julia Cagé est économiste, professeure à Sciences Po Paris. Elle a notamment publié « Sauvez les médias ».

Julia Cagé interviewée par Mediapart à propos de ce livre
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!