L’évolution de la technologie

L

J’ai l’occasion, il y a quelques semaines déjà, de discuter avec un monsieur passionné de technologies. L’une des innovations qu’il attendait le plus, c’était sans doute la possibilité d’implanter sur ses enfants, une puce. Celle-ci lui permettrait à la fois de géolocaliser ses enfants en permanence, mais également pour ses enfants, de présenter facilement des données les concernant (carnet de santé,…), celles-ci étant implantées sur la puce.

Poursuivant la discussion, il s’est avéré qu’il était « fan » d’objets connectés et pouvait surveiller en permanence son rythme cardiaque, ses calories dépensées,… Si je comprends – plus ou moins – les raisons qui peuvent pousser à organiser sa vie d’une telle manière à ne laisser aucune place à l’imprévu, celles-ci manquent tout de même cruellement d’imagination.

Mais plus que cela, cette préservation, à tout prix, contre le risque, peut même être contre-productive. Imaginons qu’un jour, l’assurance de votre voiture par exemple, demande à avoir accès à ces données contre une remise sur votre contrat. A ce moment, le risque pour l’assurance diminue ; on pourra donc plus facilement identifier les personnes « à risque », et les autres, les mauvais clients et les bons. La base même du système assurantiel, à savoir la mutualisation du risque, est remise en cause.

Il ne s’agit pas là de s’opposer à ces techniques, et de rejeter a priori ces évolutions. Mais il faut réfléchir à l’impact que celles-ci auront sur toute une partie de la population, notamment la plus fragile. Si les phénomènes d’anti-sélection ou de sélection adverse ne sont pas nouveaux, ils tendent à être renforcés par ces évolutions.

A propos de l'auteur

Clément Delaunay
Par Clément Delaunay

Your sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.